samedi 7 septembre 2013

Supertramp 87




Avec « Brother where you bound », Rick Davis s'est retrouvé aux commandes de
 Supertramp pour la première fois. Séparation à l'amiable et en douceur, mais une certaine rugosité s'est fait sentir avec cet album 84, grave et rock. Disparue la touche poétique et romantique de Roger Hodgson, qui en parallèle, sort aussi son premier album solo. C'est un peu Peter Sinfield qui se sauve des King Crimson et laisse un groupe plus mathématique.
1987, deuxième album du nouveau Supertramp, annoncé sous les feux par Zégut le dimanche soir sur RTL, j'ai gardé mon casque jusqu'à minuit. La pochette, toujours aussi belle, une habitude chez eux, le son, les 80's bien sur, en pétard à l'époque, mais bon, c'était Supertramp. Côté Hodgson ça sonnait moins 80's, j'allais m'y réfugier avec ma tète de bougon.
 

Et pourtant, « Free as a bird », je le réécoute très souvent, enjoué par l'entrain, la vigueur d'écriture rock-jazz de Davis. Ce fut quand même pour eux à ce moment là, le syndrome du deuxième album. Il est extrêmement musical, très gai, léger, même s'il persiste un thème progressif « An awful thing to waste », mais qui se réduit en timing (chanson très conseillée, du calibre de « Crime of century » ou « Rudy » ou « brother where you bound »). Enlevé et très arrangé, il pourrait se confondre avec un opus commercial, une sorte de facilité pour rebondir sur une autre carrière. Il n'a d'ailleurs pas battu des records et sera boudé par les fans.
« Free as a bird » a pris de la bouteille, s'est peaufiné, parfumé, pris du chien et bien vieilli, je l'ai pourtant boudé à l'époque. La moitié de voix est fidèle, le clavier aussi, quel bonheur ce piano Davis, ce saxo Helliwell qui cartonne, indispensable omniprésent.
Seul hic, l'apparition officielle de Mark Hart pour remplacer Hodgson au chant, déjà sur scène sur « Cannonball ». J'étais dans la salle quand je l'ai vu, j'ai eu mal, j'étais en rogne, non pas qu'il soit mauvais, mais qu'en fait ça le fait pas du tout, sauf en choriste. Mais c'est une vieille histoire, « Free as a bird » est un album qu'il est bon de remettre par nostalgie, pour écouter un bon Supertramp à fond. Il faut les avoir aimer très fort pour se faire la malle dans ce disque, accepter la séparation, écouter Hodgson en solo pour se faire une raison, car comme en 1984, Roger sort en 1987 son deuxième album solo « Haï haï » que j'aime beaucoup, mais qui sonnera la fin de sa carrière « créative ».
Le vinyl exciste en trois teintes , jaune, rouge et la version officielle bleue. L'oiseau de la pochette est découpé



Supertramp 1987 « Free as a bird » label : A&M


6 commentaires:

La Rouge a dit…

Hé! Ho! Je revendique la pochette ROUGE! :)

Le Gaitapis a dit…

Haaa ces Supertramp. j'ai une relation particulière avec leur musique: Je passe du Quiproquo "Crime.." que nous avions cru être ceux qui allaient nous consoler de la fin de Genesis (nous ne pouvions pas deviner à l'époque) au tubesque mais si sympa de "Breakfast.." Le reste à travers du piochage..

charlu a dit…

Yes.. j'y ai pensé à la pochette rouge, pense ben.... mais Google image à fait reset sur cet objet rare..les salauds !!!

charlu a dit…

moi aussi relation très particulière..jamais réussi à les lacher, malgré les clichés etc etc... je suis très accroc au premier Lp, il me rend dingue... les autres comme une évidence, et Breakfast, pas écouté depuis des années :C..bizarre, la dernière fois, je suis passé de "gone to Hollywood" à "child of vision " direct ..

Pascal Georges a dit…

Marrant que tu soies dans Supertramp, je viens de finir un arrangement du groupe pour des élèves.
Et du coup, j'en ai ré écouté un max...
Toujours le même plaisir !
Quel groupe !

Bon là au moins tu sais aussi où Sheller a piqué son piano "ostinato" (j'cours tout seul...).

charlu a dit…

Eh Pax..tu m'apprends pour Ostinato.. de nom. Mais maintenant que tu me dis.. :D
C'est le genre de détail que j'aime bien entendre pour le contexte.
Pour Supertramp, ça remonte à loin et je ne démords pas.
Tu sais que je trouve pas "Brother where you bound" en CD réédition..il est hyper rare..peut être bientôt en deluxe ?? je pourrais bouffer du bitume 72h sans dormir sur Cannonball.