jeudi 5 septembre 2013

Esmerine 2013



Sarah Neufeld n'est pas seule a attirer vers le large, sa sœur de cordes, Beckie Foon, a aussi suivi la route du sel, l'onde celtique pour aller se poser sur les horizons arabisants. C'est sublime, Esmerine, mon talisman constellé lâche le gris pour les soleil durs, bouleversant comme « Passion » de Peter Gabriel. Certes, l'album commence sur un classique du genre, un morceau planant pur Esmerine.. c'est l'embarcation, le chant des adieux pour une autre terre, une fois de plus l'Atlantique va être englouti par la culture. Ça tangue à nouveau, toujours, la coque va tenir, les vents de sables sont déjà sur les paupières, « Dalmak » est aveuglant.
Si « Hero brother » est l'invitation au voyage, ce nouvel opus d'Esmerine est le voyage, la partance et l'arrivée après la traversée.
Je suis un voyageur immobile, je n'ai jamais traversée de mers (juste passé sous la manche), encore moins des océans, c'est surement pour cela que je vénère Constellation records depuis 1998, sans cesse je suis parti pour des voyages autant horizontaux que verticaux, Esmerine ou la frustration du voyageur immobile.
Je vous jure que cet album est à l'apogée du trouble. J'ai cessé de respirer, j'ai pleuré et je me suis ligoté pour ne pas suivre l'appel du sel.
Métissage époustouflant et juste, Istambul, Montreal. L'album de l'année.



Esmerine 2013 « Dalmak » label : constellation




9 commentaires:

La Rouge a dit…

Aaaaaaaaaah! Gege les a vue la semaine passée. Magique. J'ai hâte d'écouter. Je les adore.

Till a dit…

Merci pour le partage, m'en vais écouter ça.

Mais dis-moi la vérité : ce qui t'a plu en premier dans ce disque c'est la pochette avec la photo d'Abbey Road prise sous un autre angle ? Et c'est Macca qui traverse sur la mobylette ?

Pascal Georges a dit…

Ah mon Charlu, j'ai du mal à te suivre, mais t'en fais pas, progressivement je rattrape mon retard sur tes publications foisonnantes...
Là encore une fois tu suscite l'intérêt et la curiosité.
J'y vais...

charlu a dit…

eh eh.. ESMERINE me travaille depuis leur premier album..c'est pas possible un tel groupe.

Till...tu cherches la merde..j'ai vu les clou, j'ai pas osé la comparaison :D..y'a Red la haut.;elle va te taper :o

Pax, c'est moi qui suis pas.. faut que je te réponde à ton mail...

Bizz

Toorsch a dit…

Merci pour cette chronique a fleur...

Le label, la chronique, le voyage, je vais vraiment me penche dessus et rapidement.

Francky 01 a dit…

Le Post rock, bien qu'ayant eu son heure de gloire dans les 90's-débuts 00's, n'a pas dit son dernier mot.
Il se dégage un incroyable lyrisme de la musique d'Esmerine, tout comme celle de G.Y.B.E, A Silver Mt. Zion, Explosions In The Sky & Co.
Avec Constellation, et des groupes comme Arcade Fire, Wolf Parade, etc, le Canada prouve qu'il n'a pas que des chanteuses "gueulardes" (dites à voix) à nous refourguer.
Merci et à + !!!

charlu a dit…

L'arborescence d'Esmerine, c'est un joli petit détour du post-rock vers un néo-classique ambiant, y m'font du mal à chaque album.. d'ailleurs la Gege .. faudra p'tète qu'elle nous en cause de ce concert :D

Sb a dit…

Avec un peu de retard... connaissais pas... après écoute : extra super fantastique... merci!

Francky 01 a dit…

Je reviens vers ce post sur le dernier et superbe Esmerine.
Bien que j'ai (grâce à toi) ce disque depuis début septembre, je l'écoute en boucle et toujours les mêmes frissons, les mêmes émotions me traversent. Immense oeuvre, dialogue virtuose entre l'Occident et le Moyen-Orient, 2 régions du Monde trop souvent divisées en matière de géopolitique actuelle. "Axe du Mal" disait un certain G.W.Bush !!!
Politique justement il l'est "Dalmak". Un voyage comme tu le dis si bien : "...la partance et l'arrivée après la traversée..."

Plus je l'écoute et plus je l'aime ce disque.
Je ne sais pas si c'est THE Album de l'année ! 2013 a été très riche en grande œuvres musicales et il reste des surprises. D'ailleurs, je pari tout sur le nouveau ARCADE FIRE (des canadiens, encore !!). Mais c'est surement un des grands chocs 2013 !!!

Merci à toi, voyageur immobile, pour cette épopée Homérique.