lundi 2 avril 2012

Jethro Tull's Ian Anderson

Depuis 2008, Jethro Tull a pris l'habitude de fêter les 40 ans de leurs sorties discographiques. Deluxe bourrés d'inédits et de recul avec déjà « This was », « Stand up », « Aqualung ».
Nous arrivons donc sur l'épique « Thick as a brick », et en guise de remastering, Ian Anderson a décidé de créer une suite.


EHHHH, un nouveau Jethro Tull sur les promontoires !! Leur dernière pièce était une compilation avec quelques nouvelles compositions entrecoupées d'anciennes « Christmas songs » 2003 et un album solo de Ian Anderson « Rupi's songs »2003 aussi.
Bon ok, il s'agit ici d'un album de Jethro Tull's Ian Anderson, mais TAAB2 sort au nom du groupe, et en hommage au chef d'œuvre sorti il y a 40 ans et qui vint rompre alors le grand succès d' « Aqualung ».
A l'époque, le rock progressif prenait des allures de blues-folk-hard médiéval, comme savait si bien construire le grand héron à flute. Cassure nette puisqu'en concert les fans attendant les tubes du groupe, prenaient d'un bloc ce patchwork complexe basé sur les textes récompensés d'un poète imaginaire de huit ans, Gérald Bostock. Tellement déroutés qu'ils devaient lâcher le groupe dès la récidive progressive « A passion play » en 73.

Ian Anderson revient avec un « Thick as a brick 2 » fraichement écrit et composé. Martin Barre, Barriemore Barlow, Jeffrey Hammond-Hammond, John Evan ne sont plus de la partie, quatre autres musiciens viennent prendre le rôle et jouer le même rock baroque musclé, rebondissant, mélodieux et celtique. Ce nouveau foutoir ordonné garde l'esprit 70's, avec une touche "The roots to branches" 1995 en plus. Une tournée planétaire est prévue, l'intégralité de l'opus 72 en première partie, TAAB2 en second...ça va chier grave à l'Olympia le 28 novembre 2012.

Le vinyle 72 était proposé sous forme d'un quotidien à déplier. Un même canard est proposé pour ce retour, séparément cette fois-ci. Ce design journalistique avait d'ailleurs pris plus de temps à réaliser que le disque lui-même..la belle époque.

Nous côtoyons depuis quelques temps les 40 ans d'albums mythiques qui ont bâtis l'histoire du rock 70's. Après tous les King Crimson, et en attendant Ziggy en juin, « Thick as a brick » déboule..ehhh un nouveau Jethro Tull bordel !! Un silence médiatique, et pourtant ce midi, des férus ravagés se sont précipités sur les quelques exemplaires affichés depuis quelques heures. J'ai pris le dernier in extrémis, près à ma battre...l'aurait fallu me passer sur le corps !!!

Jethro Tull's Ian Anderson 2012 « Thick as a brick 2» label : chrysalis
échelle de richter : 8,9
support cd/dvd
après 2 écoutes

http://www.j-tull.com/















3 commentaires:

devant a dit…

juste pour ajouter que GRAND amoureux et useur de THIS j'ai été. Je me suis surpris a apprécier il y a quelques mois A PASSION PLAY j'ai lu qu'il était moins évident mais moi qui avait bien gravé A THICK je n'ai eu aucun mal à l'aimer ... Et mon autre surprise fut d'apprendre que A PASSION était une grosse vente!!?? Ça ne signifie rien de précis mais étonné je suis...

charlu a dit…

Oui Dev, complètement démonté par les critiques.. je l'écoute en vinyle et bizarrement je vais jamais jusqu'àla deuxième face !! Pour la cote, il a été n°1 US, mais que 13 eme en UK. Certains le considère comme leur échec le plus cuisant, d'autres parlent plutot de sa complexité. Essoufflement en concert en tout cas..retour aux format chanson juste après avec le très bizarre et agité "Warchild". "Minstrel in the gallery " est pour moi le grand retour au grand disk.
Ehh THICK AS A BRICK à l'Olympia !!!!

devant a dit…

J'ai adhéré au mode Punk et le retour du court mais encore aujourd'hui les longs titres avec prise de virages et changement de registre inattendu.. J'aime aussi quand ce n'est pas du remplissage, pas trop, comme dans un TALES de YES qui aurait été mieux en un Simple. A PASSION PLAY tient bien la route je trouve.. MINSTREL je connais pas