mercredi 18 mars 2020

Jean-Baptiste Soulard



Les jardins alentours sont tous habités des rires des enfants. Les rues sont désertes et le prunus termine de ventiler ses gamètes.
Le temps clément compatit, il semble venir nous consoler. L'alerte Bouleaux est tombée.. les chatons de Betula à l’orée de l'explosion.
Les chemins s'assèchent, la succion a commencé. Les lits sont encore bien remplis, même la pluie s'est en allée.

Le son a changé. On entend plein de choses nouvelles. De celles qu'on ne voulait plus entendre. Le silence pèse, l'eau s’exprime, et le concert des oiseaux resplendit.
Le sentiment d'une autre vie, nouvelle ?? ancienne ?? va falloir combien d'alertes ??

Le ruisseau en bas n'a rien changé de son débit, les rainettes peuvent traverser les routes, tout s'entend, les esprits se reposent. Jean-Baptiste Soulard avec un collectif chante haut et fort le silence et l'eau. Après Roseaux, Cabane, voici un nouveau miracle musical collectif.
Le bruit du dehors a changé. Les être humains se scrutent, le silence et l'eau est là.

Je suis cloîtré chez moi, je dévore tous les Sylvain TESSON, « Dans les forêts de Sibérie », « S'abandonner à vivre », « Une vie à coucher dehors », et surtout « Géographie de l'instant »... bande son idéale, inspiration évidente pour cet album. Les peuples nomades confinés ?? .. restez chez vous les sdf. ??. .. y aura t-il un après ?? va t-on entendre et écouter ??? un jour.

Les enfants jouent dans tous les jardins.

Jean-Baptiste Soulard 2020 « Le Silence et l'Eau » label :



Aucun commentaire: