jeudi 22 septembre 2016

Thee Oh Sees




Y'a rien à faire, le psyché me sied à ravir et me scie à volonté, rien n'y fait.
La surface de l'eau, là tout en haut, est devenue incandescente, rouge à souhait avec le vacillement de flammes entêtantes. J'ai dû remonté à la surface pour entendre, j'étais pourtant bien à dériver avec les remouds néo-classiques.
J'ai sorti la tète de l'eau et j'ai vu la brûlure intemporelle, des rails en surfusion comme des glaives à transpercer la campagne grillée. J'ai vu l'horizon onduler et les fossés la gueule grande ouverte à réclamer la tétée. Des étendues brulantes comme du béton caniculaire recrachant l'albédo.
 

L'air est suffoquant, une abeille me saoule l'occiput, jamais je n'aurais dû me vautrer au beau milieu de cette prairie mauve. À peine sorti des eaux, un bouton d'or m'a ravagé la glotte avec comme effet secondaire le son cautérisant mes alvéoles pulmonaires. Je crois que je vais garder le dard planté sous mon oreille, et continuer à faire de la corde à sauter avec mon lobe dilaté. Jam au grand jarret fluo je pédale, saloperie de psyché, on m'avait pourtant déconseillé de bouffer cette « Gelatinous Cube ».
 
 
Obligé de remonter à la surface, dehors Thee Oh Sees ravage nos contrées.

Thee Oh Sees 2016 « A Weird Exit » label : castle face records

6 commentaires:

Alexandre G a dit…

Cette cuvée est très très bonne. J'avais adoré celui de l'an dernier et le Floating Coffin de 2013. Et puis les deux Damaged Bug sortis entre temps, avec un côté plus Eno / Silver Apples. Quelle forme artistique il a ce Dwyer ! Car même quand il se cantonne un peu à une formule ultra maîtrisée comme ici il enfile les perles dignes des meilleurs morceaux du groupe et se renouvelle juste assez pour ne pas lasser une seule nanoseconde.

Everett W. Gilles a dit…

Yo
Ca, un petit séjour à San Francisco en ce moment ça peut te faire fondre les neurones. Mais bon, t'étais prévenu ...
Et sinon t'as compté ? Y a bien deux batteurs hein. Et malgré tout le Dwyer les pulvérise avec sa seule guitare (en plexi l'engin, Dan Armstrong-Style, je te dis pas la gueule qu'elle a), elle est pas électrique elle est atomique !!

charlu a dit…

Yes Alex, magnifique cuvée infernale. L'est bien allumé le Dwyer avec ses deux batteurs.
Il a fait un reset sur son ancienne formation, et les 2 drumers, je suis sur que ça grille le cerveau.

En parlant de grillé, t'es allé fouler les collines du Laurel Canyon l'Evrett ?? Y'a des grosses vagues là bas ??
J'ai vu la gueule de sa gratte sur des vidéo live.. sa posture et son engin, ça ramone sévère

Everett W. Gilles a dit…

Ouais j'ai surfé du côté de LA, surpeuplé, petites vagues et un peu la foire à neu-neu ...

San Francisco par contre j'y ai jamais mis les pieds, là ça peut charger grave à Mavericks, une vague au large du port de Half-Moon Bay, eau froide et big big waves, bien trop taré pour moi mais côté musique croiser les Usual Suspects (Segall, Dwyer, Chuck Prophet et tant d'autres, t'imagines la brochette) dans un club de quartier, j'te dis pas ...

Devant Hantoss a dit…

Après Salami, forcément.. (d)étonnant surtout, tu ne sais pas trop quoi penser, on dirait du ... ha ben non, c'est plus nerveux alors du... ha mais non on redirait etc... Bon, j'écoute en espérant que ça me frappera moins que l'effet que cela t'a fait si j'en juge ton texte. Je dois garder la tête froide.

charlu a dit…

Comment fais tu pour froide la tète garder ?? on dirait tellement qu'on a l'impression qu'ils n'en font qu'à leurs tètes.. j'ai beaucoup entendu, je me perds dans leur méandre psyché que j'ai l'impression qu'il n'y a qu'eux.
Il aura fallu que je travaille mon oreille moyennement musicale pour expliquer la jouissance de mes oreilles à écouter un groupe à 2 batteurs.
Bon retour Tonio.