samedi 19 septembre 2015

Ballaké Sissoko & Vincent Segal 2015



Et bien voilà, sans m'en rendre compte, j'ai peut être dressé un chemin vers cet objet divin sans savoir où j'allais, tout ce blues, ce cheminement folklorique des terres sèches vers le littoral de tous les continents, pour aboutir à une synthèse, l'apothéose.
Peut être je savais que quelque chose allait m'attirer vers cette nuit là, lumineuse et ancestrale. J'avais dans mon cheminement musical la certitude inconsciente que l'émotion serait empirique, une étoile à suivre pour voir sous la voute aveuglante la rencontre des cordes de deux artistes d'hémisphères qui s'entrechoquent.

 
Reims et Bamako jouent avec la pleine nuit. Ces deux hommes se comprennent depuis longtemps déjà. C'est un métissage ou une conjugaison, une fusion, un amour des notes et des ambiances.
Peut être que les nuits sont partout pareilles, les étoiles sont les mêmes, seules les senteurs et les bruits chambardent. Et si les nébuleuses tournent, les parfums eux s'entremêlent. La légèreté d'une corde de Oud et la gravité d'un violoncelle.

 
Eh bien, si ECM est une promesse de voyage, No Format est une espérance d'excursion humaine.
Je dois être naïf pour croire ainsi en toutes ces auberges magnifiques, ceci dit, plus j'avance sur ma sente aveugle, ma quête improvisée d'illusions , plus j'entraperçois cet aboutissement, ce désir parfait d'un art authentique et céleste.

L'eau à coulé du ciel vers les mers pour rejoindre la vérité musicale un peu partout. Buddy Guy et Ballaké, Haynes et Segal, Okland.... je sais pas comment je suis arrivé sur cette lustrale « Musique de nuit », mais le chemin fut délicieux.
Une véritable pépite.

Ballaké Sissoko & Vincent Ségal 2015 « Musique de nuit »
label : No Format




2 commentaires:

Devant Hantoss a dit…

Pas question de surenchérir sur la poésie de ta chronique. le MALI est un pays à la richesse musicale fascinante. Je le dois à un long article de VIBRATIONS (qui n'existe plus semble-t-il?) En fait j'ai renoncé à penser musique d'Afrique grâce à lui, la diversité nous rappelle à l'ordre: c'est un continent, on ne dit pas musique d'Europe. Je reviens sur ton article et t'offre/droppe un album qui m'avait subjugué: mélodie, climat particulier des instruments que m'a rappelé ton "Ballaké Sissoko & Vincent Sega" Voici donc "Toumani Diabate And Ballake Sissoko" les rejetons de deux grands maîtres!!

charlu a dit…

Ohh mon Tonio.. un comm sur ce disk là..peu importe mon billet .. c'est ... c'est merci.. Vibrations..j'en ai qq exemplaires, c'est révolu. il en reste pas des masses de Chorus, Serge, crossroad, et etc etc..(qquns dont je ne me souviens plus)..
Merci d'être venu ici..et merci pour ce lien que e vais accepter dans le nuage tombant qui est le notre :D
Biz