lundi 3 août 2015

Fabio Orsi 2013



 
Je me suis assoupi sous le poivrier sauvage, pas un seul éternuement dans mes songes, aucun picotement de la truffe, pas une larme sous ses allure de saule-pleureur.
Dans mes oreilles, un paysage sonore récent de Fabio Orsi, « Endless Autumn ». Je n'ai pas senti l'encre du ciel m'écraser et la lourdeur caniculaire immobiliser mon hamac. Des gouffres de frissons comme entourloupe au cœur de l'été qui bagarre sont venus m'égarer. Je n'ai plus entendu le drone des cigales autour de moi, mais la gorge du corbeau gras et mordoré qui fend le gris d'un automne fantôme de son charbon mordoré.

 
C'est du Fabio Orsi, ambiant, nappes et drones, des claviers abyssaux et des guitares claires. Sa discographie est fulgurante, plusieurs opus sont déjà sortis depuis cet automne 2013. Enregistré chez lui en Italie, ce voyage automnal est une thérapie troublante aux peaux qui rôtissent, aux corps qui se liquéfient, au poivre rose qui brûle pas.


Fabio Orsi 2013 « Endless Autumn » label : backwards

5 commentaires:

Chris a dit…

Déjà l'automne? Je vais rester encore un peu en été quand même...et le réserver pour plus tard...:)

charlu a dit…

Oui, le temps d'une écoute, de quoi se rafraîchir.

Mylène Gauthier a dit…

La lumière d'automne est déjà arrivée ici... t'arrive à point. Merci.

charlu a dit…

déjà !! nous depuis juin c'est le grand été.. je suis en manque de musique fraîche alors je me soigne ;D

Mylène Gauthier a dit…

Selon les amérindiens, la terre aurait commencé sérieusement à se désaxée. Effectivement, je constate que le soleil ne se lève plus au même endroit et que le calendrier de la lune ne fonctionne plus. Ce qui veut dire que la terre à ralentit son mouvement. Si on est au point de bascule et que les pôles s'inversent, c'Est en plein ce genre de constat que l'on peut observer dans le ciel et dans le climat. Ici, l'impression que nous sommes plus au nord maintenant et que l'été sera plus court et que l'hiver plus froid. On verra bien.