mardi 10 janvier 2012

Fennesz / Sakamoto



Deux paysagistes sonores viennent se fondre sur une étendue blanche. Fennesz / Sakamoto n'en sont pas à leur première collaboration, leur synchronisme cérébral est une évidence. C'est dans une plénitude confondante qu'ils déroulent ici sur deux heures, leurs contemplations océaniques.
Un calme absolu comme une thérapie, comme une mer d'huile. Le ciel est nébuleux, l'horizon à peine perceptible et l'on flotte sans remoud, on dérive sans aucune destination.
Est-ce la voûte épaisse et grise qui dégorge dans l'océan, ou cette étendue mercure qui déteint dans la brume ?
Un paysage de cendre inhabité avec un phare au loin, une cible lumineuse qu'on n'atteindra jamais. Une corne de brume sourde témoigne que nous sommes encore à la surface .. les derniers instants à flotter. Le drone céleste dans une beauté glaciale souffle sur une vague guitare noyée et un piano parsemé, lent comme sur Portrait of David.

Ce double album s'étend à l'infini, vaste et profond, et si l'on dérive à l'horizontal sur la première heure, le deuxième acte lui est une longue descente en apesanteur vers les fonds. Le piano plus léger tend vers un jazz abyssal et gelé, tandis que le field recording en bleu outremer est un chuchotement chatoyant à travers lequel il est possible de rencontrer quelques créatures.

Cette croisière d'abscisses et d'ordonnées est proposée par Touch, fantastique agence de voyage contemplative et immobile. Dans mon cerveau fleurissent des embouchures qui mènent vers l'indéfini.. une envie de peindre le moins de chose possible sur une très grande surface...je flotte.

Fennesz + Sakamoto 2011 « Flumina » label : touch
www.fennesz.com
www.sitesakamoto.com
www.touchmusic.co.uk
échelle de richter : 9
support cd
après 3 écoutes





fennesz sakamoto - flumina (album preview) by experimedia

2 commentaires:

dj P a dit…

la plupart de tes goûts musicaux sont bons. je reste branché sur l'aléatoire, mais je sais capter les coupures. je les tasses et reviens sur la continuité. les "gzzt" sont des voleurs.

en fait, quoi ?

dans le monde inversé, on fait toujours semblant?

(entre nous, le monde inversé reste une invention. il a toujours été là. la lumière de l'ombre. c'est juste que l'expression diffère... mais est-ce l'expression qui importe ?

boire un café, tout seul...

bone chance. (comment leur dire ce que je ne comprends pas moi-même ?

charlu a dit…

Merci Djip pour le compliment..je sais pas s'ils sont bons, c'est en tout cas ceux qui collent à ma longueur d'onde, ceux qui coïcidence avec mon cortex via l'épiderme.
Monde inversé, le négatif de notre ligne de conduite, l'ombre de notre docilité..on arrète pas le va et vient... on sait plus ou l'on est

BIZ