mardi 1 octobre 2019

Thomas Fersen 2019


Je suis gêné de le dire, pour moi, la virée Ginger fut un accident. Il aurait bien fallu tôt ou tard que ça s’arrête. A l'époque, j'étais encore au paradis avec les loups-Garous. 
C'est à nouveau gris de pochette, les lapins qui cavalent soudainement sous les plombs champêtres oublient leurs ronds de carotte. La lune est si pleine à nouveau, comme au dessus de la chandelle et des moucherons, de Hyacinthe, Germaine, Félix ou Sandra, que les zombies peuvent venir à l'assaut de tout ce qu'il nous reste. 

De daim ou de diable, nous sommes affamés de belles histoires, de jolies mots épousés par nos existences ternes ou folles. 
Ce soir, sous les accords de banjo de "C'est Tout ce qu'il me Reste", une purée de carotte est venue tenir compagnie à ma saumonette. Je sais pas pourquoi, j'aime manger ce truc si bon avec des carottes en purée. Toute la journée j'ai attendu la nuit, avec l'envie de ne rien faire tout battu par un bourdon tenace mais pas teigneux. Les chansons défilent et laissent filer la soirée sous une lumière jolie qui ne la ramène pas. Le vrai problème .. on verra au prochain crépuscule. Campanule, Lupin, Corête et Clématite, tout tombe en décrépitude. Même la nuit arrive plus tôt, peu importe.. envie de ne rien faire et de l'attendre quand même.
Je sens le grand grand retour de Thomas Fersen.

J'ai juste envie de ne rien faire
D'autre que d'attendre la nuit
Quand il fait cette chaleur d'enfer
Il fait tellement lourd aujourd'hui

Je suis seul avec le bourdon
Qui s'ballade comme une grosse dondon
Avec son manteau de lapin
De la campanule au lupin


Thomas Fersen 2019 "C'est Tout ce qu'il me Reste" label : éditions bucéphales




4 commentaires:

DevantF a dit…

ça y est je suis au rendez vous, depuis sa chanson sur le coq...
J'adore la première... "vieille" Il a un humour poétique qui me touche beaucoup. Après c'est une question de proportion, parfois davantage d'humour parfois moins... Mais jamais d’erreur de dosage.
Super

charlu a dit…

"La marre" est un truc de dingue, il faut le temps de s'y enfoncer. Et puis la nana pleine de thune ..
J'ai vu un reportage avec lui dedans, et puis Denez Prigent, sur des mecs qui habitent sur une île.. une certaine relation avec le recul et le retrait près d'un littoral en tout cas.. je me suis dit..son nouvel album ne devrait pas être dégueux.. bim.. Il y a qqchose de reculé, un tact et une certaine hauteur dans les mots pour peindre poétiquement des sentiments bateaux. Je vais ressortir qq vieux disques ;D

DevantF a dit…

Tu vois, ce soir, dans la rue et le métro je me suis à fredonner du Fersen, laquelle? J'en sais trop rien. Comment dire? Prise de traite. Son univers avant même tout le reste. Ce slip auquel il s'accroche... Lez Zombies qui sentent le mérou. "La Marre" elle faut que je la refasse. Fersen? Je l'aime bien!!

charlu a dit…

ça colle bien au sifflet du Fersen. Sa disco commence à être étoffée, un sacré paquet de chansons à garder sur le bord des lèvres.