lundi 19 mars 2018

Jonathan Wilson 2018



Ça plane sec cette pop moderne au son succulent. Dans l'esprit de War on Drugs (« Over the midnight ») un poil moins rock, ou Father John Misty un peu plus prog, Fleet Foxes en moins country, « Rare Birds » tient là une solide virée musicale digne de la pochette.
« Trafalgar square » introduit l'album et l'on se retrouve accroché sur le dos du cochon du Floyd animal sous les voix fantomatique du CSN.

Une famille artistique mollement psychédélique pleine de références, ce grand objet au très bel habit est une nouvelle fois la réussite d'une discographie exponentielle.
Dans la famille Wilson, je demande Jonathan le "californien", vaguement flottant entre Brian et Steven. Pourtant malgré l 'idée du mélange, comme Steven, il est de la coté Est.

J'allais oublier la signature imparable, Bella Union.

Jonathan Wilson 2018 « Rare Birds » label : bella Union

4 commentaires:

Everett W. Gilles a dit…

Heureusement que j'ai bien tout lu, j'ai d'abord confondu avec le Steven, de chez Wilson, et là j'étais prêt à défourailler.
Genre l'attacher sur le dos du cochon rose (euuuurrrkkkk), le renvoyer dans l'espace et gueuler un bon coup que t'as pas le droit de mêler FJM à tout ça !
Que là non, pas du tout, tout va bien. Ouf ...
Thanx Cha

Devant Hantoss a dit…

Il y a un commentaire de mon ami REVPOP sur mon post Rocky/Charles Williams/Kamasi (un peu de pub pour moi, et hop) qui donc propose 6 étoiles pour cet album et le précédent (Fanfare) alors que je l'ai connu préférant noter jusqu'à 5.5 étoiles pour se laisser le droit du 6 pour le chef d'oeuvre des chef d'oeuvre.... Bon, faut pas exagérer et "mon" REVPOP a perdu de son mordant en vieillissant.
reste qu'à vous deux vous m'avez bien poussé à me plonger dans cet autre Wilson.
"Trafalgar Square" oui, bien d'accord... c'était la limite du FLOYD, pas d'esprit SOUL... ici nous sommes au carrefour de pas mal de genres qui ne se mélangeaient pas trop avant.
Attention, il y a du monde au carrefour, à quand une nouvelle route?

charlu a dit…

Y sont chiants y z'ont tous le même nom comme le ballon d'Hanks sur l'île déserte.. en plus y z'ont tous la même tronche de bubar hipster FJM et JW.. dur. D'ailleurs, comme dit l'ami Tonio, c'est un big carrefour avec des routes un peu partout.
Moi les tiquettes ne me dérangent pas plus que ça..quand c'est bon c'est bon. Le volume un peu plus haut que d'habitude, ce disque est une pépite sonore mélodieuse.

Je vais finir par me mélanger.. mais c'est bien ce JW qui fait les 1ere partie de Waters ?? ouaih c'est lui.. bah ça m'étonne pas..

biz les p'tits gars

gaby a dit…

J'avais découvert ce disque chez toi il y a quelques semaines , et je n'arrête pas de l'écouter depuis lors , ... un bijou
moi qui suis plutôt à la réécoute du passé , grand merci de la découverte