mardi 10 mai 2011

Cass McCombs


Presque aussi posé que « Spellbound », je reste pétrifié à l'écoute de « memory's satin », sur lequel les cuivres lambins viennent danser avec le silence, comme sur « Newton plum » le chef d'oeuvre des Bed. Des castagnettes viennent casser subrepticement la torpeur du tempo.
Le cinquième opus de Cass McCombs ressemble à une chaloupe endormie. Ça tangue langoureusement et « Wit's end » vient rompre sa discographie jusqu'ici sans surprise, comme une pause, un aveu, comme quoi le rouleau arrive à son extrémité.



Sa rugosité rock mise au placard, les chansons du nouveau baladin pop pourrait se résumer à un disque de Richard Hawley (tout à fait d'accord avec Benoit) chanté par Elliott Smith, ou une pièce de Lambchop interprétée par Paul Simon jeune, période cotonneuse.
Quelque chose s'est cassé, une rupture n'épargnant que son génie. Passer à autre chose.
C'est fait avec ce disque qui donne envie de valser mollement, des valses anesthésiées, fécondées avec une rare intelligence. Subtile et détendu, son art ramolli fait mouche, appâté par une sublime pochette ébouriffée, et j'ai l'impression de découvrir un autre homme derrière cette géniale flemmardise inspirée. « a knock upon the door » est un morceau de bravoure clôturant l'album, qui souffle et percute artisanalement un son Tom Waits pour une ultime valse dont on ne revient pas.

Cass McCombs 2011 « Wit's end » label : domino
www.cassmccombs.com
www.dominorecordco.com

échelle de richter : 8,8
support cd
après 4 écoutes.






quand on aime: richard hawley; elliott smith; paul simon..

4 commentaires:

Benoit a dit…

ce disque est une petite merveille ! sans doute un e ceux que j'ai le plus écouté au cours de ces dernières semaines

charlu a dit…

Oui, il est très bon,à la 4 eme écoute je le trouve encore meilleur. Il va très bien vieillir cet opus intemporel particulier.
Quelle belle surprise.

Blake a dit…

Et moi qui ne connaissait pas Cass McCombs, suis content de l'avoir découvert récemment avec cette perle, j'en ai parlé il y a peu. "Catacombs", entendu depuis, est sympa mais celui-là est d'une étrange quiétude bien séduisante
:-)

charlu a dit…

Oui, quelle belle surprise ce disc rupture.. j'imaginais la même musique que d'habitude..vos billets dont le tien m'auront poussé fortement.