mardi 21 juin 2016

Swans 2016

 Bruit d'images

 

Au commencement il y eut le pied.

Ensuite l'anus. Le ventre. Et les dents.

Et le reste de ce qui s'est écroulé.



Et j'ai peur que ça arrive encore : Que la lumière baisse à l’extrême, comme avec un dimmer, quand tu vas au plus bas. Cette sorte de picotement de l'espace vide qui groove de caquètements tristes en caquètements fluorescents.



Ta face d'enterrement quand ça arrive. Tes gestes de guenon qui a perdu ses petits.

Ton sourire mort sans rire.



Me rendre dans l'espace en empruntant un corridor d'asphalte.
Trouver une ampoule à cinq ou dix watts.



Boire assez d'eau pour survivre.


Swans 2016 « The Glowing Man » label : young gods records
 
 

 



  
 http://leschroniquesdecharlu.blogspot.fr/2014/06/swans-2014.html
http://leschroniquesdecharlu.blogspot.fr/2012/09/swans-2012.html
http://leschroniquesdecharlu.blogspot.fr/2012/06/swans.html



 

8 commentaires:

Audrey Songeval a dit…

Les Swans... Un groupe a priori magistral à côté duquel je ne cesse de passer. Cette fois, je suis prête à l'affronter et à l'écouter? Si tu pouvais me l'adresser à ma box à tout hasard...

charlu a dit…

Tt comme Angel of Light, ça fait un bout de temps que Swans me travaille le cortex. Et bizarrement c'est pourtant pas ma came de zic...même s'il s'est beaucoup calmé et que je préfère ses derniers travaux.
Comme si c'était fait

El Norton a dit…

Idem, jamais trop accroché à Swans, mais il y a un titre absolument magique intitulé Blind et sorti sur un album solo de Gira, qui figure parmi mes musts personnels. Et rien que pour ça, Gira, j'ai une vraie affection pour lui.
Pas suffisant pour me faire tenter l'expérience Swans, je trouve ça trop long et étriqué en règle générale.

Everett W. Gilles a dit…

Yo !
Depuis que tu m'as fait découvrir Gira je me suis un peu intéressé à Swans, jusque-là je préférais Gira mais je sens que celui-ci faut le tenter ... Je vais le tenter !

charlu a dit…

Swans s'est arrêté en 1997 j'ai du mal avec cette période trash, "Filth.. white light.." mais le redémarrage en 2010 me rend paff, comme s'il s'était passé qqchose, un nivellement artistique. Y'a un super bouquin sur le groupe (dont Gira est le seul membre permanent) qui vient de sortir "Swans et le dépassement de soi" de Fogel.
Bref, l'épicentre Gira donne des directions différentes .. Swans et Angel of Light, beaucoup plus "accessible".
Celui-ci est enregistré live.
En parlant de live étiré, "Earth" sort vendredi ;D guitares stratosphérique, N.Young écolo.

Chris a dit…

J'ai commencé à l'écouter mais les morceaux sont très longs. ...pas le temps pour ça. ..mais ça a l'air plus soft que d'habitude. ...moi j'aime ceux que j'ai (pas très nombreux ) :"Soundtracks for the blind", le solo Gira/Jarboe, un vinyle noir sans titre et un Angers of Light (la pochette est verte)..... Je n'ai toujours pas écouté le reste, ah si "The seers" mais une fois, trop Long!

Francky 01 a dit…

P.....n, le dernier Swans !! De toutes les reformations "Indie" apparues fin 00'-début 10's, celle de la bande à Gira est peut être la plus pertinente, audacieuse, réussie....bref, un retour ultra gagnant. "My Father Will Guide Me Up A Rope To The Sky" en 2010 a annoncé la couleur avec une musique à l'image de sa pochette : dark, céleste et cosmique. Et ils ont enchaîné sur que des chef d’œuvres. Des œuvres à la beauté "malade", monstrueuse même, d'une monstruosité magnifique : "The Seer" (2012) et "To Be Kind" (2014) !!! Même les deux (doubles) traces scéniques "We Rose From Your Bed with the Sun in Our Head" (2012) et "Not Here Not Now" (2013) sont excellentes. Elles donnent un bien bel aperçu de ce qu'ils sont sur scène !! Apparemment, ce double "The Glowing Man" complète superbement le triptyque (même si ce genre de disque mérite multiple écoutes avant avis définitif).
Merci encore.
A + amigos@

Francky 01 a dit…

Le "Earth" de Neil Young à l'air pas mal, live "écolo" comme tu dis, avec son nouveau Band, les Promise of the Real....néo Crazy Horse 10's ??? Des p'tit jeunots qui envoient grave. Un pote du taf est allé voir le Loner avec eux à Lyon mi-juin, à la Halle Tony Garnier (17 000 places). Un concert terrible parait-il, presque 3 heures...du pur Neil Young en furie, la routine pour ce vieux briscard, dernier (et unique) Chamane rock - "Rock and roll can never die...." !!
Si tu l'as, je suis preneur !!
A +