lundi 9 septembre 2019

Vanessa Wagner 2019



Parce qu'il s'agit encore d'une pluie d'été malgré bon sang ce foutu réveil qui sonne depuis quelques semaines en pleine nuit. Puisque l'odeur dehors de cette nuit sous la fine pluie radine charrie tous les parfums d'une saison bien tapée, d'un été qui a battu les plaines, corrigé nos doux dômes ocres asséchés..et puisque la foule infernale s'est replacée là où elle doit se retrouver, je replonge dans l'épure, le silence qui tourbillonne entre les notes.

Ce matin encore, le vent plein ouest, j'ai mangé ma plaine. Pas âme qui vive, seuls péniblement les tracteurs enfouis sous la poussière des herses grappillaient les sillons, les nuages de terre avides comme des incendies.
(Inland) de Vanessa Wagner, comme pour prolonger mon matin. Ces quelques gouttes de pluie comme une eau de parfum.

Vanessa Wagner 2019 « (Inland) » lanel : infiné

Aucun commentaire: