mardi 27 août 2019

Black Midi



Le truc qui m'intrigue, c'est la petite touche rose collée au vert de Hooker, profond demi-tendre presque bouteille en haut à gauche sur la pochette, juste au dessus des ferrailles conglomérées, vivantes et encore dégoulinantes. Pour trouver mes mots, je l'ai d'ailleurs placée sous mes yeux, en écoutant « Ducter ».

Les esgourdes concassées par le jeu sec et Lo-Fi des gamins, je cherche à travers la taule des visages pour qu'ils voient le plaisir suffoquant que je prends à l'écoute de « Schlagenheim », la transe inhabituelle. Rictus syncopés des mâchoires, soubresauts des paupières comme des averses de grêles nacrées sur fond de ciel qui pisse un sang émeraude au goût d'acier.
Une pression inhabituelle sur la boite crânienne avec une impression de méthode parfaite et de grande ouverture, l'écriture est naturellement juteuse, la clameur percute sur une intelligence rock hors norme. C'est un souffle, il faut caler sa respiration dessus, « Of Schlagenheim » est époustouflant, « Western » merveilleux, « Speedway » infernal, « bmbmbm » démoniaque.....

Black Midi me renvoie vers un vieux groupe, les 90 Day Men et leur sublime « To Everybody », avec une énergie RATM et la finesse d'un « Vrooom » King Crimson. Mais en dehors de ces courts et légers flashs de références, Black Midi se lève irréversiblement sur un paysage unique, sur des verts vallons qui grondent et tremblent juste à cet endroit là. Et le petit côté rose bonbon arty au fond, ça m’étonne pas, ce sont des petits branleurs made in London, quelques chose de beaucoup, plus classe, féminin et délicieux que les 90 Day Men.

Black Midi 2019 « Schlagenheim » label : rough trade

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Ça fait du bruit mais c'est pas mal ☺

charlu a dit…

Mais oui, j'aime plus le gros son que le gros bruit, aussi quand il est comme ça je pars direct et du coup j'aime bien quand ça claque gros son comme ça.. avec des grosses plages qui planent. En fait; moi j'entends de la Prog ici .. nan ??