mercredi 5 décembre 2018

Baum


Le transition est toute trouvée, un Bambi à la tète fleurissante. Cette musique là est du Baum au chœur, Mellano est un virtuose et fore au fil des années son génie musical aussi beau et haut que sa discrétion.

Ici, il prend Fauré à lui et le dépose sur quelques poètes des mots. Théophile Gauthier par exemple. Aux cordes Anne Gouverneur et Maëva Le Berre. Au piano Silmon Dalmais, le frère de Camille qui est d'ailleurs au chant, tout comme Dominique A, Katerine, Daho, Sandra N Kaké, De La Simone, JP Nataf..... autant de tètes fauves fleurissantes de ce Bambi sur fond crème qui rendent pop la poésie classique. Ainsi, de ce grouillement merveilleux sur lequel tout vient se percuter, la mélodie et le chant se déposent sur les feuilles dorées tombées au sol.
"Requiem" m'a pétrifié juste avant de me retrouver au bord de l'eau. Quant à l'"Automne", j'attends l'hiver pour pleurer plus encore. Il n'est pas idée ici je pense de vulgariser quoique ce soit, juste exprimer l'exigence des notes sur des mots, des rhizomes qui font bourgeonner n'importe quelle cellule vivant au creux de nos humus.Le spleen n'est pas une chose à prendre à la légère.

Olivier Mellano, je l'ai vu en 2007 sur scène à l'espace Soutine de Lèves, la tournée "Sur nos forces motrices". Avec Robert Le Magnifique il est Psykick Lyrikah, et Mobiil avec Gaël Desbois. Mellanoisescape disperse un peu plus le génie de cet artiste là, en attendant il est Baum et Fauré nous chante au cœur.





Baum 2018 « Ici-bas / Les mélodies de Fauré » label :




Notre amour est chose légère
Comme les parfums que le vent
Prend aux cimes de la fougère
Pour qu’on les respire en rêvant.
Notre amour est chose légère!
Notre amour est chose charmante,
Comme les chansons du matin
Où nul regret ne se lamente,
Où vibre un espoir incertain.
Notre amour est chose charmante!
Notre amour est chose sacrée
Comme les mystères des bois
Où tressaille une âme ignorée,
Où les silences ont des voix.
Notre amour est chose sacrée!
Notre amour est chose infinie,
Comme les chemins des couchants
Où la mer, aux cieux réunie,
S’endort sous les soleils penchants.
Notre amour est chose éternelle
Comme tout ce qu’un dieu vainqueur
A touché du feu de son aile,
Comme tout ce qui vient du coeur,
Notre amour est chose éternelle!

Paul-Armand Silvestre / Gabriel Fauré

6 commentaires:

Mylène Gauthier a dit…

Oh! Là! Là! Mais ça me semble magistrale. Tu nous sors du lourd là. Pfiouuuuuuuuuu!

Chris a dit…

Je viens justement d'apprendre l'existence de cet album, hâte de l'écouter 😉 et quelle belle pochette !

Everett W. Gilles a dit…

Oups, fini la rigolade, papa a repris les commandes ...

charlu a dit…

:D ..ouaih putain, c'est qui le chef de famille.. ;D et puis j'ai cru entendre The Résidents hier soir à l'étage.. merde, vous êtes des grands malades de filer des idées de barges comme ça à des jeunots.. ))))

Mellano .. un grand guitariste de par chez nous, Mobiil c'est génial.

Devant Hantoss a dit…

J'ai eu la curiosité d'écouter et tu racontes bien l'impression dégagée. Je m'étais penché sur ces chansons, interprétées par "Charles Panzéra" ou "Camille Maurane".
Tu sais impossible de se détacher du chant des années 30 (et 50 pour Camille) des sons gris, des voix blanches et tremblotantes.
C'est un peu comme les images de Guerre associées au Noir & Blanc.
Quand j'écoutais ces musiques, je me mettais un peu entre parenthèse, cette impression de regarder vers un passé révolu, impossible de savoir si c'était la composition ou l'âge des enregistrements.
Mais à l'écoute de Dominique A, il y a donc bien quelque chose d'un autre temps dans ces chansons, et c'est plutôt bien de ne pas avoir trop tenté de "dépoussiérer", juste chanter comme ces autres chanteurs avaient dû chanter à l'époque.
Tout le monde, compositeur, musiciens et chanteurs rendent hommage aux textes. Il m'a donc fallu écouter!!
Tiens pour plonger sur l'automne d'avant.
01. Gabriel Fauré - Automne "Charles Panzéra"
https://www105.zippyshare.com/v/3qApraLt/file.html
02. Gabriel Fauré - Automne "Camille Maurane"
https://www105.zippyshare.com/v/BHl7zim1/file.html

C'est un copain qu avait commencé à me parler de Gabriel Fauré pour comparer son "Pelleas et Melisande" dans ma pleine période d'Opéra et de mon amour -j'exagère pas - sur la version de Debussy. Ensuite de fil en aiguille.

Devant Hantoss a dit…

plombé dans ce sens que ce sont des mélodies fragiles, pas comme le bel canto Italien, du coup avec ce "vieux" son, c'est dur dur de retrouver le plaisir de la mélodie, d'où l'intérêt peut-être de refaire les chansons?