lundi 6 août 2018

Arthur Buck / Edwards Hacke / Sylvian Czukay








Une autre trilogie.


Ces temps-ci sortent trois duos improbables. Sur le papier ces rencontres artistiques annoncent la même force. A l'écoute, les effets sont différents.


Dans l'ordre croissant de mes préférences, je commence par Arthur Buck. On ne présente plus Joseph Arthur d'Akron avec son physique Lennon/Gallagher et sa discographie de boulimique qui se calme. Sa voix est ici. Il s'est accolé au guitariste de REM Peter Buck au chômage pour un album de pop rock un peu musclé, bruyant qui restera dans mes souvenirs comme une anecdote à moins que les écoutes suivantes fassent mouche.


David Eugene Edwards (Wovenhand et surtout 16Horsepower), l'habité du Colorado est venu créer avec l'illuminé Alexander Hacke (Einsturzende Neubauten), un album trouble, transcendant, profond et chamanique.Je l'ai prise comme une BO de canicule qui trouble toute sensation et détourne les ressentiments.


Quant à David Sylvian, orphelin de son label Samadhisound, il sort chez Grönland la réédition des deux opus de 1988/1989 composés avec le cofondateur de Can, Holger Czukay. On s'enfonce alors dans l'imaginaire, l'ambiant et la beauté des plages interminables et irréelles. J'ai dû perdre des brouettes de réalité à travers ce labyrinthe de tons cérébraux.


Six artistes majeurs incontournables d'actualité pour trois duos. Un tryptique parfait comme un shaker, histoire de voir le boulot des rencontres, l'effet des associations, l'impact musical des collaborations.
Similitudes des pochettes, y'a que Holger qui n'a pas de lunettes et qui n'est plus depuis peu, billet à thème, mes écoutes vont souvent par trois. 
Du Can, un poil, du Sylvian, une once, du REM à peine, du Edwards à fond, 16H beaucoup moins, Neubauten pas entendu, de l'Arthur carrément..... à s'y perdre. 

Mark Lanegan/Duke Garwood, Ty Segall/White Fence et Ali Shaheed Muhammad/Adrian Younge sera surement ma prochaine trilogie de duos... réitérés, tellement les binômes forts semblent la petite tendance du moment. 




Arthur Buck 2018 "Arthur Buck" label : new west records
David Eugene Edwards & Alexander Hacke 2018 "Risha"
label : glitterhouse
David Sylvian & Holger Czukay 2018 
"Plight + Premonition 88/ Flux + Mutability89" label : Grônland










6 commentaires:

Chris a dit…

J'ai pas encore écouté le Arthur Buck mais j'en ai pas trop entendu du bien...
Je connaissais les Czukay bien sûr...😉

charlu a dit…

J'voulais y croire, m'a bien pris la tète .. pourtant pris séparément, ça s'annonçait bien.

Chris a dit…

Rhaa ben en fait je l'ai écouté le Arthur Buck et j'ai bien aimé...je ne suis donc pas de l'avis de tout le monde...😀

charlu a dit…

Tkt, doit bien y'en avoir qui aiment. J'ai pas du tout palpé la température générale. le 16H Neubauten non plus d'ailleurs.

Everett W. Gilles a dit…

Buck est un branleur, c'est officiel, ses albums solo et ses coopérations sont là pour en témoigner.
Je vais tenter le coup avec cet Arthur, dont chuis pas trop fan, avec un intérêt pervers, tordu, etc ...
Quant à Edwards et son Colorado ... ben j'ai du mal à envisager quoi que ce soit de ce côté-là sans l'étiquette SCAC, chuis marqué à vie !
Thanx cha

charlu a dit…

carrément, m'a déçu du coup ce p'tit branleur.. me demande bien si le Stipes n'avait pas une influence de malade de ouf genre Macca sur Georgio... par exemple. Ceci dit, c'est surement à cause de moi et ses mélanges de malades, vais ressayer surement, mais dans qq temps, vraiment pas tout de suite.