mercredi 6 avril 2011

The kills


Le mellotron de Roxy music 1972 sonne comme une idée inspirée. Du coup, Jamie « hotel » Hince qui l'écoute en boucle, s'y met, et sur d'autres instruments par la même occasion. Il faut dire, qu'il passe de longs moments à étudier l'album en chantier. La disponibilité d'Alison « VV » Mosshart en cavale chez les Dead Weather laisse à désirer. Du coup, le disque est cogiter, étudié et approfondi et différent des précédents.


« satellite » percute lourdement comme un hymne rock planétaire. « DNA » en habit ultra orangé pas moins, et même plus encore, déguisé en gimmick ZZ Top chanté par Patti Smith. La nouvelle fournée de The kills est tubesque. Après la claque Black Joe Lewis, il fallait une transition à la brûlure.

« Blood pressure » sous ses airs rock décadent plus blues que jamais, est donc une étape élaborée et travaillée du couple séparément soudé. Une espèce d'osmose en pointillés, de cohérence se dégagent de ce disque, le quatrième, avec un côté plus sophistiqué, et très décontracté à la fois. Une intelligence pop remplace les précédentes obscurités No wow » par exemple), euphorisée d'esprit rock qui suce son venin dans le Velvet, et Candy devient Baby. Ce disque passe du côté hit-rock comme a pu l'être le très controversé « Welcome to the monkey house » des Dandy Wharols à l'époque où l'on attendait d'eux une autre cavalcade « get off ». « wild arms », pause Lennon à lui, « the last goodbye » sa pause Nico à elle, habillée pour le coup d'un voile Sparklehorse avec en bonus une envolée vocale qui devrait calmer pas mal de prétendante (ou perdantes; eh ouaih tjrs la nausée avec Calvi) ...


Ce disque est excellent, sans changer le cours des choses, comme tout bon disque rock. Moins garage, moins rugueux, plus chanson, The kills, maintenant que les White Stripes ne sont plus, tient le flambeau couple-rock le plus fort de la scène rock.« Seven army » en 2003 sonnait l'hallali pour le rouge et blanc, et la naissance de The kills. Ils sont désormais libres de toute concurrence.


The kills 2011 « Blood pressure » label : domino





échelle de richter : 7,8

support : prêt

après 2 écoutes


quand on aime : dead weather; velvet underground; ultra orange...

CHRONIQUE MULTI-MEDIA ICI


Aucun commentaire: