jeudi 19 novembre 2009

JP Nataf


Depuis Devenda Banhart, les barbus généreux façonnent le paysage folk à tendance hippie. Confirmé par le menton roux opulent de Bonnie 'Prince' Billy, autre icône boisé, la mode druidique s'est emparée de ces baladins en fleur. Tels des prophètes, les visages allongent leur collier à la vitesse des Fab Four quand l'horloge « when i'm sixty four » s'emballe, comme s'il fallait s'affranchir du déguisement pour épouser un mouvement culturel et rendre authentique leur musique. Je n'ai rien contre les gros barbus et j'aime plus que tout le mouvement folk, mais le principe des costumes me fait horreur. Eels; William Fitzsimmons (magnifique album 2009); Edward Sharpe; The Black Crowes; Herman Dune ....... adhèrent à ce profil qui s'étend. Certes ce n'est ici qu'une petite remarque, il n'empêche, l'habit ne fait pas le moine, et notre barbu hippie national vient de sortir son deuxième album loin des sentiers country ancestraux au collectif « t'en veux??? ». JP Nataf, totalement mésestimé depuis qu'il a lâché imberbe son collectif à lui (Les Innocents), vient d'offrir « Clair », une merveilleuse collection de chansons pop françaises proche de Matthieu Boogaerts à la visibilité plus franche. Hébergé chez Tot ou tard, ce chanteur « imbécile » dirigé alors par Olivier Libaux a d'ailleurs participé à la compilation hommage pour l'anniversaire du label. Un disque très très bon, poil au menton.

JP NATAF 2009 "Clair" label = tot ou tard

quand on aime : Matthieu Boogaerts; les Iinnocents; tot ou tard

Aucun commentaire: