dimanche 2 mai 2010

Dominique A


Paris est au plus profond de mon épiderme sans que j’y puisse y loger, la mer est pour moi une sensation immuable sans que j’y puisse naviguer, la montagne sans la gravir me remue, et la musique me bouffe tout mon temps, sans que je puisse dévorer une seule partition. Contemplateur, observateur, j’ai du recul sur tout et j’assiste. Je côtoie des mondes inconnus, frileux et intimidés. Il n’y a guère que l’huile qui me suffise à m’investir. Ce blog n’est qu’un témoignage. Témoin d’un monde, je dévore tout ce qui passe devant mes sens avec pour seul mot d’ordre au coup de cœur, l’érection de mon cerveau et les soubresauts de mes viscères. C’est un peu le fil conducteur de Cocteau lorsqu’il s’interrogeait devant une œuvre. Et si tout se mélange, l’urbanisme, l’huile, l’air salin, l’oxygène et la mélodie, c’est pour mieux armer l’affect pour qu’il ne soit focalisé que sur la vibration. Le mot de synthèse est lâché, la VIBRATION. Et tout se bouscule dans de complexes labyrinthes afin d’arriver au plaisir qui catalyse notre propre histoire, notre fibre, nos émotions, nos goûts, et nos jugements.
Si ma posture reculée flotte, il est une rigueur qui est, sans aucune anicroche, si ce n'est l'exigence que je lui accorde. Un engagement fidèle puisque je suis dans la fosse avec lui depuis presque les débuts. L'exact rencontre d'un art et de mes états d'âmes. Aucune longueur d'onde ne pourra autant épouser mes visions. Bataclan 2010, mars en 31, jamais une telle osmose, toujours un cran de gagné, un niveau pris au dessus de tout. Et cette écoute viscérale, des vibrations cérébrales, des soubresauts épileptiques..
Dominique A culmine et peut donc regarder ses deux décennies de travaux en maîtrisant totalement chaque version nouvelle, toujours un peu plus haute. Les oiseaux n'en finissent pas d'être courageux et lui rageur, la nervosité des bras s'arrondit et les riffs coulent limpides et tonitruants. Lui qui croit avoir atteint le point culminant de sa visibilité, sa notoriété.... sa tournée « la musique » n'aura jamais autant abrité de chansons possibles (ep et inédits en sus), et les vidéos en ligne abondent. Les dernières démos inédites proposées sont quand même quelques petits chefs d'œuvre bien à lui.
Il est là, c'est lui, réveillez-vous, il est Léo Ferré, Etienne Daho, Guidoni, Bashung, Noir Désir, Barbara, Treinet, mais aussi Neil Young, Massive Attack..... tout en restant le représentant d'une génération qui s'étire maintenant et n'en finit plus de s'allonger.. de Bastien Lallemant à Bertrand Belin en passant par Stremler, Frank Monnet, Yvan Marc; Florent Marchet, Marc Gauvin …..............
Et puis, s'il perd un jour un peu de sa visibilité actuelle, qu'il revienne timidement au monde Remué, je serai là, fidèle, acharné et revanchard.
DOMINIQUE A 2010 "kick peplum" ep / concert Bataclan label : cinq 7

Aucun commentaire: