lundi 13 octobre 2008

Melpo mene


Comment parler d’un coup de cœur en laissant au vestiaire les épithètes pompeuses et tirades incessantes à propos d’un disque qui tourne inlassablement sur la platine pendant des trajets et des soirées entières. Peu importe les contrées, les influences et l’ identité d’un artistes qui vous caresse l’affect, il suffit d’aimer l’entendre, d’épouser son expression et ses couleurs. « Bring the lions out » de Melpo Mene est un disque « coup de cœur » qu’il est difficile de défendre avec des mots. Un lyrisme parfait habite chacune des chansons de l’album pour une pop romantique, jazzy diluée avec goutte de douce mélancolie.
Comment défendre un disque à la disponibilité ponctuelle, même si généreuse, aux critiques élogieuses et unanimes, si ce n’est qu’il suffit juste de se laisser séduire par les embruns chlorophylliens des chutes d’eau, avec le trait d’or et les lettres vermillon de la pochette dessinée par Donna Francis. Le romantisme est lysergique, la mélodie tropicale, et les instruments en harmonie sont en osmose parfaite avec la voix d’Erick Mattiasson.
La fragilité d’une symbiose en équilibre suinte de chaque harmonie dans une grâce sucrée.
C’est avec « snakes and lions » que les glandes lacrymales chantent et que les viscères s’oxygènent. Une chanson bouleversante qui fait de notre pauvre condition de bipède une chimère volatile à se jeter d’une falaise pour planer au dessus des flots ou d’une vallée perdue. Entêtant et enthousiasmant le morceau soulève et porte, un hymne à la vie saisissant. "jedi" et " under the moon" achèvent par la beauté lunaire des choeurs et des mélodies à fleur de peau.
Un album qui rappelle un autre coup cœur similaire dans la voix et la façon d’aborder la musique romantique, Parsley Sound en 2003….autre inexplicable préférence musicale.
Melpo Mene "bring the lions out" 2008 label : imperial recordings
quand on aime : parsley sound; the sleeping years

Aucun commentaire: